La rééducation en réalité virtuelle à l'Hôpital Albert Chenevier AP-HP

Vous trouverez ci-dessous la retranscription de l'article paru dans la revue trimestrielle de l'hôpital Henri Mondor.

Depuis le mois de mai 2019, nos patients de l'unité de rééducation Ostéoarticulaire et du Rachis, du service de Rééducation Neurolocomotrice, bénéficient de séances de rééducation en réalité virtuelle.


Le dispositif a été acheté à la start-up KineQuantum par l'association Neuroloco de notre service de Rééducation Neurolocomotrice, qui promeut la recherche et les innovations en Rééducation Ostéoarticulaire et en Neurorééducation. Il se compose d'un casque, de deux manettes et d'un ordinateur suffisamment puissant pour supporter la réalité virtuelle. Un logiciel dédié permet très simplement au rééducateur de programmer la séance. Via le logiciel KineQuantum, plus de 80 exercices conçus comme des jeux vidéo adaptés aux différentes pathologies sont proposés. Ils permettent entre autres la rééducation des membres inférieurs, des membres supérieurs, du rachis cervical, du rachis lombaire et de l'équilibre global. Pour chaque exercice, il est possible de paramétrer le niveau de difficulté, les amplitudes maximales, la vitesse et la durée. Les séances durent environ trente minutes et sont réalisées en présence permanente d'un rééducateur (psychomotricien, ergothérapeute ou kinésithérapeute). La position du patient dans l'espace est détectée via des capteurs intégrés sur le casque et les manettes qui communiquent avec deux stations de base positionnées aux extrémités de la salle.


Les environnements virtuels des jeux sont très variés (évitement d'obstacles en forêt, vol dans les airs, traversée d'une rivière sur un radeau...). Les graphismes soignés de la réalité virtuelle permettent au patient de se projeter complètement dans l'univers du jeu. Les défis à relever sont ludiques et source de motivation pour le patient. L'immersion complète, grâce au masque, et l'envie de gagner focalisent l'attention du patient sur l'exercice proposé. Il ne pense alors plus à sa douleur, par conséquent la ressent moins et ainsi exécute le mouvement demandé avec très peu d'appréhension, voire instinctivement.


je fais des mouvements que je n'arrive pas à faire d'habitude.

Les premiers patients sont d'ailleurs très enthousiastes concernant cette nouvelle opportunité de rééducation : "je pense que je vais plus loin dans mes mouvements" relate un patient ou encore "je fais des mouvements que je n'arrive pas à faire d'habitude." Nous avons en effet remarqué que pour un même exercice l'amplitude des mouvements est plus grande en séance de réalité virtuelle que lors d'une séance classique. L'aspect distractif des jeux permet aussi d'augmenter le nombre de répétitions pour un même mouvement et de développer ainsi l'endurance des patients. D'autre part, en rééducation en réalité virtuelle, nous pouvons soumettre le patient à des perturbations visuelles, avec des décors qui s'inclinent et subissent des rotations, afin de renforcer l'équilibre, ce qui n'est évidemment pas reproductible dans la réalité. Il est aussi possible de donner l'illusion au patient qu'il est en mouvement, en train de dévaler une piste de ski par exemple, alors qu'il est debout en appui sur ses deux membres inférieurs, et transfère le poids de on corps d'une jambe sur l'autre pour avancer. Ces possibilités offertes par la réalité virtuelle permettent aux patients d'être acteurs de leur rééducation de manière ludique, innovante et efficiente.


La rééducation en réalité virtuelle permet aussi d'atténuer la "kinésiophobie" rencontrée chez certains patients, à savoir, la peur d'exécuter un mouvement par crainte de générer une douleur. Ce frein psychologique est ainsi en partie levé. Un patient lombalgique chronique nous expliquait que durant les séances, il appréhendait beaucoup moins de réaliser certains mouvements, contrôlait moins ses gestes et sa posture. Il a pu ainsi retrouver une aisance dans ses mouvements, avec un geste plus naturel, plus relâché et plus ample.


Nous avons d'ailleurs débuté une étude chez les lombalgiques chroniques pour mesurer l'impact de la rééducation en réalité virtuelle sur la perception de la douleur. Si cet article vous a donné envie d'en savoir plus, venez tester la réalité virtuelle en vrai !


Auteurs :

Mme Aurélie CLAIR, Dr Shahab FARDJAD, Dr Luce CONDAMINE, Dr Yves COULOMB, Dr Charlotte PAUWELLS, Mme Pascale JACOB, Pr Jean-Michel GRACIES de l'Unité de Rééducation Ostéoarticulaire et du Rachis, Service de Rééducation Neurolocomotrice, Hôpital Albert Chenevier.


Pour plus d'informations sur KineQuantum, contactez-nous directement par email ou par téléphone au 01 43 44 76 42. Vous êtes un établissement public adhérent UniHA et souhaitez acquérir un dispositif médical de rééducation réalité virtuelle ? Rendez-vous sur l’espace documentaire UniHA pour accéder aux pièces de marché.

34 vues

KineQuantum est un Dispositif Médical de Classe I. Lire attentivement la notice. Fabricant : KineQuantum SAS

© 2020 - KineQuantum SAS