Rééduquez les cinétoses à l’aide de la réalité virtuelle

Le mal de mer constitue la forme de cinétose la plus fréquente. En effet, la naupathie touche 25 à 30 % de la population*. Elle s’exprime par les manifestations neurovégétatives d’un individu (vertiges, nausées, vomissements, sueurs froides…) liées aux mouvements de l’embarcation lors d’un déplacement en mer.


Pourquoi le mal de mer nécessite-t-il de la rééducation vestibulaire ?


En mer, un conflit sensoriel survient avec une stimulation vestibulaire complexe liée aux mouvements de la houle, en désaccord avec les autres informations visuelles et proprioceptives. Il est donc requis de désensibiliser les sujets atteints de naupathie.


Les mouvements aléatoires du bateau peuvent se décomposer en trois axes : un axe longitudinal (mouvements de roulis), un axe transversal (mouvements de tangage) et un axe vertical (mouvements de piston).


L’intérêt de la réalité virtuelle


La réalité virtuelle permet de recréer les situations génératrices de naupathie tout en maîtrisant les variables pour offrir une rééducation optimale. L’objectif n’est pas de restituer à l’identique des situations réelles, mais d’en contrôler les différents stimuli.


Un cadre sécurisant


La réalité virtuelle permet de présenter progressivement et de manière contrôlée vos patients à la situation anxiogène. Le principe est celui des thérapies cognitivo-comportementales de l’habituation. Le fait d’utiliser la réalité virtuelle permet de développer le sentiment confiance de vos patients, renforcé par la présence du thérapeute, et la confidentialité de l’exposition.


Un environnement entièrement adaptable


Avec le dispositif, vous pouvez ajuster finement en direct l’ensemble des paramètres en fonction des réactions de votre patient. Vous pouvez ainsi décider de sa place sur le bateau : proue, poupe, sur le toit ou dans la cabine.


Vous aurez également la faculté de moduler l’intensité de la houle, avec douze niveaux, évoluant de la mer calme à la tempête. Vous pourrez aussi choisir les mouvements du bateau : immobile ou non, sa vitesse, et si vous voulez qu’il effectue des virages. Vous êtes entièrement aux commandes !


Vous pouvez de plus décider d’intégrer ou non des repères fixes ou mobiles dans le paysage, comme des îles ou des bouées.


Une rééducation efficace


Des études ont été menées sur le sujet. Les travaux de D. Trendel ont montré que 80 % des sujets ont pu retourner à bord après la rééducation en réalité virtuelle. Il conclut que la stimulation optocinétique semble être prometteuse dans le traitement du mal de mer.


Selon M.A. Civrac de Fabian, les résultats après rééducation, sont en faveur d’un véritable bénéfice apporté par la rééducation par simulateur visuel chez le patient sujet à la naupathie. Elle permet une amélioration clinique significative des symptômes et de la gêne fonctionnelle en mer des patients traités, avec entre autres une disparition des vomissements chez 85 % des sujets. Les patients semblent plus résistants aux stimuli cinétogènes et ont moins recours au traitement médicamenteux.


Ce nouveau type de rééducation trouve donc sa place au sein de l’arsenal thérapeutique du kinésithérapeute. Testez sereinement la réalité virtuelle directement dans votre cabinet en prenant rendez-vous avec le responsable commercial de votre région.


*Jean-François Lemoine, émission « Pourquoi, docteur ? » sur Europe 1, 29 juillet 2012


Bibliographie :

  • D. Trendel, R. Haus-Cheymol, T. Erauso, G. Bertin, J.-L. Florentin, P.-Y. Vaillant, L. Bonne, Optokinetic stimulation rehabilitation in preventing seasickness, European Annals of Otorhinolaryngology, Head and Neck Diseases, Volume 127, Issue 4,2010,Pages 125-129,ISSN 1879-7296.

  • Marie-Alexandra Civrac de Fabian. Intérêt de la simulation visuelle dans la rééducation de la naupathie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. dumas-01830569

  • Behrang Keshavarz, Aaron Emile Philipp-Muller, Wanja Hemmerich, Bernhard E. Riecke, Jennifer L. Campos, The effect of visual motion stimulus characteristics on vection and visually induced motion sickness, Displays,Volume 58,2019,Pages 71-81,ISSN 0141-9382.

  • Rose Marie Rine, Michael C Schubert, Thomas J Balkany, Visual-Vestibular Habituation and Balance Training for Motion Sickness, Physical Therapy, Volume 79, Issue 10, 1 October 1999, Pages 949–957.

  • Dai M, Raphan T, Cohen B. Prolonged reduction of motion sickness sensitivity by visual-vestibular interaction. Exp Brain Res. 2011 May;210(3-4):503-13. doi: 10.1007/s00221-011-2548-8. Epub 2011 Feb 2. PMID: 21287155; PMCID: PMC3182575.

  • Hoffer ME, Gottshall K, Kopke RD, Weisskopf P, Moore R, Allen KA, Wester D. Vestibular testing abnormalities in individuals with motion sickness. OtolNeurotol. 2003 Jul;24(4):633-6. doi: 10.1097/00129492-200307000-00017. PMID: 12851557.